VIGILANCE AGRICOLE : COMMENT PRÉVENIR LES RISQUES DE CAMBRIOLAGE

Tous les conseils

10 970. C’est le nombre de vols commis sur des exploitations agricoles françaises en 2014. Une hausse de 3,4% par rapport à l’année précédente et un nouveau record peu glorieux qui illustre bien l’accroissement incessant de la délinquance en milieu rural depuis plus 6 ans.

Désormais, la préoccupation principale des professionnels du secteur agricole est donc simple : prévenir les risques et protéger leurs exploitations des intrusions. Mais comment ?

La coopération des agriculteurs et des forces de l’ordre

Mis en place par un collectif d’agriculteur et soutenu par la Fédération Départementale des Syndicats d’Exploitants Agricoles (FDSEA), le plan d’action « Vigi Agri » solidarise les Forces de l’Ordre et les professionnels du secteur face aux actes de délinquance dans le but d’anticiper les intrusions et infractions, et donc de les contrer plus facilement. Le concept est simple : les gendarmes alertent les agriculteurs des actes de vandalisme commis à une échelle locale, via SMS ou email. Un travail d’équipe, un échange « gagnant-gagnant » qui renforce la vigilance, dissuade et facilite la lutte de tous contre la délinquance agricole.

Alarmes et vidéosurveillance : des mesures personnelles à prendre

Au-delà des actions solidaires et collectives de prévention, il est cependant indispensable pour les agriculteurs d’investir dans la mise en place de systèmes de sécurité efficaces et dissuasifs : télésurveillance, vidéo, alarmes, détection d’intrusion… de nombreux moyens performants permettent à la fois d’anticiper les risques et de protéger au mieux les exploitations, qui sont souvent étendues sur plusieurs hectares et donc difficiles à sécuriser à l’œil nu.

A défaut de pouvoir éduquer les malfaiteurs, la complémentarité du plan d’action Vigi Agri et la performance de la télésurveillance devraient donc pouvoir rassurer les agriculteurs et leur permettre de travailler sereinement, en toute sécurité.